07/02/2021



    L’éco-conception n’est pas réservée uniquement au design produit. Certaines entreprises souhaitant agir pour l’environnement et réactualiser leur identité visuelle, peuvent compter sur de nouveaux moyens de création. Aujourd’hui, nous allons vous présenter l’éco-branding, une tendance née depuis quelques années, qui fera évoluer nos manières de designer.


L’éco-branding, c’est créer une identité de marque en suivant trois objectifs  complémentaires : réduire l’impact environnemental tout en conservant l’impact visuel ce qui fera également baisser le coût de production. Pour concilier ces trois contraintes, il faut revoir sa manière de concevoir. La typographie utilisée est choisie pour son interlettrage et sa chasse réduite, afin d’économiser un maximum d’espace. Les couleurs sont également retravaillées pour être plus économes. Enfin, une gestion des visuels qui contraint la surface d’impression pour gagner en poids digital. 

Ce n‘est pas la première fois que les acteurs du monde du graphisme cherchent à appliquer les valeurs de l’écologie à leurs travaux. En 2008, par exemple, l’entreprise allemande SPRANQ a conçu une typographie éco-responsable, puis a décliné son idée en une application qui modifie chaque typographie pour la rendre moins consommatrice d’encre. Elle est alors parsemée de petits trous pour diminuer l’usage d’encre.  





















Parmi les nouveaux apports de l’éco-branding, une gamme de couleurs composées pour être plus respectueuses a été créées et développées par Ecobranding Design, où chacune ne dépasse pas un taux d’encrage de 100 % en CMNJ. Ce fichier a été déposé en open source pour que toutes les personnes souhaitant y avoir accès puissent l’utiliser.
























 



Mais ce qui différencie ces actions de l’éco-branding, c’est une volonté de concevoir toute son identité de marque grâce à ce procédé. 

En 2017, Sylvain Boyer apporte son approche de l’éco-branding, 4 ans après en avoir eu une première idée. Il était alors directeur de création chez Interbrand, qui pour répondre à l’appel de Citéo de réduire leur empreinte carbone et redéfinir leur RSE au centre de leur préoccupation, a retravaillé leur identité visuelle. Tout a été changé chez Citéo pour être plus responsable de l’environnement. De leur logo à la taille de leurs cartes de visites en passant par les couleurs ou le poids de leurs fichiers numériques, le tout basé sur le principe de l’éco-branding. Grâce à cette méthode, Citéo a réduit de 50 % le taux d’encrage de son logo, changé sa police pour en adopter une moins consommatrice d’encre ou encore re designé leurs icônes dans ce même but.  









© Sylvain Boyer et Interbrand Paris pour Citéo



Pour cette entreprise de recyclage, réaffirmer son image grâce à cette ingénieuse idée allait de mise. Ce qu’a fait Interbrand pour Citéo a mis en lumière les bénéfices de l’éco-branding. D’après Sylvain Boyer lors d’un entretien pour CNN, les logos des grandes entreprises peuvent, grâce à l’éco-branding, réduire de 10% à 39 % leur utilisation d’encre. Pour Starbucks, qui imprime leur logo sur près de 670 millions de gobelets par an, l’impact écologique de ce changement aurait une réelle valeur.  













Pour Alter Nativ Design, l’éco-branding est une inspiration qui nous pousse à toujours voir plus loin dans la conception de packagings éco-responsables et nous montre que de petits détails peuvent avoir une grande importance.


OK

Ce site web utilise les cookies. Veuillez consulter notre politique de confidentialité pour plus de détails.